itwforestcollins
  • Actus

Interview de Forest Collins

Posté le 09 novembre 2014 par Atelier Cocktail

L’américaine Forest Collins, fondatrice du célèbre blog 52 Martinis et personnalité très influente dans l’univers du bar à Paris nous parle du mode de consommation de la vodka.

L’américaine Forest Collins, fondatrice du célèbre blog 52 Martinis et personnalité très influente dans l’univers du bar à Paris nous parle du mode de consommation de la vodka aux USA (1er marché des spiritueux aux USA) et en France, et nous raconte ses activités pour bouger la planète cocktails à Paris.

Ton parcours en quelques lignes :

Avant mon arrivée en France, j’avais monté ma propre société de services spécialisés pour les avocats, une sorte de boîte d’intérim à Seattle. Au bout de quelques années, j’avais envie de changements dans ma vie. La France a toujours été une destination de rêve pour moi comme pour beaucoup d’Américains. J’ai débarqué ici en 2001, à la base pour 6 mois, d’abord dans la ville d’Annecy pour suivre des cours de français. A Paris, je craignais, avec tous mes contacts anglophones, de ne pas apprendre votre langue. Je suis partie ensuite pour un an à Genève pour travailler à l’ONU, puis j’ai choisi de m’installer définitivement à Paris avec un job à l’Unesco il y a maintenant onze ans.

Comment a débarqué dans ta vie ta passion pour les cocktails et les spiritueux ?

J’ai toujours été intéressée par l’univers de la cuisine et de l’alcool, et pour créer des moments conviviaux entre amis, en anglais « Entertaining ». J’organisais des dîners associés à des vins et des spiritueux choisis avec soin. Je me suis formée seule à la mixologie par le biais de master class, de séminaires notamment à Tales of Cocktails, le salon le plus populaire aux Etats-Unis pour les cocktails. Et bien sûr à travers des voyages aux Etats-Unis, à Londres. Quand je suis arrivée à Paris, il n’existait pas de bars à cocktails, j’allais dans les établissements d’origine anglo-saxonne comme le Harry’s bar ou des bars d’hôtel, Hemingway au Ritz ou le bar du George V où les drinks étaient très chers.

Ton blog 52 Martinis (tout en anglais) est devenu la référence pour dénicher des bons plans bars à cocktails, comment a commencé cette aventure ?

Ce blog était un motif pour réunir toutes mes informations autour du cocktail et pour mes amis vivant aux Etats-Unis. Le martini n’est pas mon cocktail de prédilection (Forest teste dans chaque bar un martini sur son blog) mais c’est un excellent moyen pour juger les qualités d’un barman. Mon blog regroupe uniquement des bars à cocktails sur Paris car je connais parfaitement la scène du bar française, plus les bons plans pour acheter de l’alcool. Je complète mon travail avec ma page Facebook. Mon premier billet était consacré à l’Experimental Cocktail Club en 2007 qui venait tout juste d’ouvrir ses portes. Une vraie coïncidence car c’est avec ce bar que Paris s’est ouvert au monde du cocktail.

Maintenant parlons produit toi l’experte, les Etats-Unis représentent depuis longtemps le premier marché de la vodka, comment consomme-t-on cette eau de vie en cocktail aujourd’hui là-bas ?

Aux Etats-Unis, on ne peut pas consommer de l’alcool avant 21 ans. Les Américains découvrent sur le tard les spiritueux et démarrent leur initiation avec des alcools sans goût prononcé comme la vodka. Les vodkas françaises et parfumées ont d’ailleurs la côte. Cette eau de vie ressemble à un tableau vierge, une bonne base à associer avec un grand nombre d’ingrédients. D’ailleurs, les barmen américains se focalisent sur des cocktails sophistiqués liés à la mixologie. Dans les classiques, les clients consomment surtout du Bloody Mary, Moscow Mule, ou Vodka Martini.

En France, comment évolue le marché de la vodka ? Quelle type de vodka recherchent les consommateurs et avec quelle sorte de cocktail ?

Les Français sont en quête de vodka avec du goût et de qualité premium. Il existe un gros travail de marketing en France en faveur de la vodka. Ici, on la consomme essentiellement twistée avec des jus de fruits comme fraise ou framboise.

Après ton blog, tes meetup cocktails, tu viens de créer « The Chamber » pour réunir chaque mois des épicuriens anglo-saxons. Quel est le concept ?

C’est un club privé pour une communauté de gourmands qui s’intéresse à la fois à la gastronomie et à l’univers des spiritueux et pas uniquement anglo-saxonne. Les soirées sont organisées dans des appartements privés en vue d’améliorer la culture cocktail des membres, accompagnées de personnalités artistiques, de food pairing, de marques d’alcool…selon différentes thématiques.

Quelles sont tes actualités cocktails pour la fin de l’année et début 2015 ? Y aura-t-il une soirée à la découverte de la vodka ?

Oui une soirée autour de la vodka est prévue bien sûr. Je vais étendre ces soirées en collaborant avec différents bars : proposer une boisson pour la semaine ou des réductions pour nos membres. J’ai déjà commencé ce style d’opération en regroupant quelques bars dans le quartier de Pigalle à l’occasion d’une soirée pour des cocktails avec le scotch whisky Monkey Shoulder.

Quel est ton cocktail de prédilection à base de Zubrowka ?

Un gin tonic revisité mais avec de la Zubrowka : une bonne dose de Zubrowka dans un tumbler complétée d’eau pétillante et d’une tranche de pomme.

Tes derniers coups de cœur bars à cocktail en France et à l’étranger ?

A Londres, le White Lyan, le bar sans glace et agrume. J’aime beaucoup son fondateur Ryan. A Seattle, Canon Seattle, avec le talentueux Jamie Boudreau qui imagine des cocktails subtiles et étonnants avec un côté moléculaire en restant simple. Et, à Paris, le nouveau bar Pasdeloup avec la formidable Amanda Boucher qui crée des drinks très intéressants, bien équilibrés et surprenants dans un cadre décontracté. Un joli voyage autour d’étonnants parfums.

Merci beaucoup Forest !

On continue à suivre des pérégrinations cocktails sur www.52martinis.com et www.thechamberparis.com