manhattan
  • Actus

Un cocktail, une histoire : le Manhattan

Posté le 21 décembre 2016 par Catherine

Après le Cosmopolitan, découvrons aujourd’hui le plus new-yorkais des cocktails, le bien nommé Manhattan. Il doit son nom au bar club dans lequel il a été inventé, et sa création est liée de près à un ancien Premier ministre britannique… ! Pour tout savoir sur ce short drink, son histoire et comment le préparer, c’est par ici !

 L’histoire du Manhattan

Jennie Jerome. Ce nom ne vous dit rien ? Cette femme, qui pourrait être à l’origine de l’un des grands classiques de la mixologie, n’est autre que… La mère de Winston Churchill ! On comprend mieux aujourd’hui pourquoi il disait en son temps “J’ai retiré plus de choses de l’alcool que l’alcool ne m’en a retirées”.

C’est lors d’un banquet, donné en l’honneur d’un candidat à l’élection présidentielle américaine en 1874 par Jennie Jerome, que le barman du Manhattan Club (dont l’histoire n’a malheureusement pas retenu le nom) qui officiait ce soir-là crée ce cocktail composé de whisky, de vermouth, de Bitters et d’une cerise à l’eau-de-vie déposée délicatement au fond du verre.

En dépit de la simplicité de ses ingrédients, le Manhattan n’en demeure pas moins un cocktail difficile à réaliser. Toute la complexité de la recette réside en effet dans le mélange des ingrédients à la cuillère et le contrôle de la dilution des glaçons. Le Manhattan se sert d’ailleurs bien froid dans un verre à Martini que vous aurez rafraîchi avec des glaçons au préalable.

 La recette du Manhattan

Pour cette recette inimitable, il vous faut :

4 cl d’Américain Whiskey Hudson

  • 4 cl de vermouth rouge
  • 1 cl d’absinthe
  • 2 traits de Bitters à l’orange

Dans un verre à mélange rempli de glaçons, mélangez le whisky, le vermouth, l’absinthe et le bitter à la cuillère jusqu’à ce que la condensation apparaisse sur le verre. Filtrez au-dessus d’un verre à Martini bien froid et servez avec une cerise à l’eau-de-vie ou au marasquin et un zeste d’orange.

 Le twist Atelier Cocktail

Vous aimez votre Manhattan (un peu) plus sec? Vous pouvez remplacer la moitié ou la totalité du vermouth rouge par du vermouth sec ainsi obtenir un Manhattan Perfect ou Dry. De nombreuses autres variantes du Manhattan existent. Une des dernières tendances chez les meilleurs barmen New-Yorkais ? Créer leur propre variation portant le nom de leurs quartiers respectifs : Red Hook, Little Italy ou Green Point.