Lipstick vdef
  • Actus

A découvrir trois spots à vodka incontournables.

Posté le 09 novembre 2014 par Atelier Cocktail

Poussez les portes de trois établissements à l’inspiration des pays de l’Est.

Le Lipstick

La troisième pépite de la rue Frochot à South Pigalle, devenue le GQ des assoiffés de mixologie entre les tikis enflammés du Dirty Dick et les potions patiemment vieillies en fût de chêne du Glass : Lipstick, vous l’aurez deviné, un ancien bar d’hôtesses métamorphosé à coup de shaker et de barspoon en un haut lieu de la nuit et du cocktail. Au commande de cet écrin sagement érotique : une team bien pepsie tout juste âgée de 23 ans, au look cool, et tous les trois amateurs de bons sons hip-hop. Venez rencontrer Samuel (son fondateur), Mika (son chef barman ex Forum) ainsi que David (expert dans l’art de la haute gastronomie). Dès la porte franchie, prenez place parmi les fauteuils capitonnés au style léopard, admirez l’étrange tapisserie, une composition de peintures libertines du XVIIème siècle à nos jours, en compagnie de mannequins de vitrine qui donnent la touche glam à ce nouveau spot très baroque. Puis laissez vous bercer par les sons éclectiques de la playlist du DJ. Quand aux cocktails, le trio s’applique à chaque saison à livrer une collection de 12 liquides pour épater vos papilles et vos mirettes à des prix doux (happy hour de 19h à 22h). La dernière thématique du moment : un hommage à l’univers du tatouage avec une carte combinant typos insolites et mixtures sweet et créatives. Un challenge réussi ! Et pour continuer sur une philosophie de briseurs de codes du cocktail, la fine équipe a pris le parti de vous surprendre question verrerie et décoration : un élégant verre de Chardonnay pour l’élixir Barbès composé d’Aperol, confiture de rhubarbe, soda et jus de cranberry ou bien une authentique timbale à julep pour le drinks Ohana à base de rhum Sailor & Jerry, jus d’ananas et de bananas et de sirop de coco, égayé d’une brochette d’agrumes, d’une pluie de poudre de noix de coco et d’une petite ombrelle. Préparez-vous d’ici peu à découvrir sous la hotte de noël du Lipstick des mixtures plus hivernales : version chaude avec les fameux « toddies » ou herbacée avec Zubrowka à siroter jusqu’au bout de la nuit. Cheers !

5, rue Frochot 75009 Paris
Le Kremlin
Le_Bar-Kremlin-1

Dans une impasse abritant une petite poignée d’anciens bars d’hôtesses au Nord de Pigalle, se cache l’un des spots à cocktails les plus undergrounds de la capitale : Le Kremlin fondé par la deuxième dream team de la mixologie à Paris (l’UFO, Dirty Dick et Moonshiner….) qui réunit tous les codes de l’ère soviétique. Pendant de longs mois de labeurs, ce trio gagnant a chiné portraits de Staline et de Lénine, vieilles photos de familles russes qui ornent les murs volontairement vieillis, un vieux canapé club usé par le temps, des chaises tout droit sorties d’un bureau du KGB jusqu’à un morceau authentique de la Pravda qui tapisse le coin lounge de ce bar à vodka. Pas de crainte, les barmen ne vous accueillent pas armés d’une faucille et d’un marteau mais avec le sourire au son d’une playlist de rock indé ou d’électro qui ajoute au lieu une note très berlinoise. Comme tout bar à l’âme « léninienne », la carte s’appuie sur une sélection qualitative d’alcools blancs de céréales, pures ou aromatisés, majoritairement russes, polonaises mais aussi d’horizons plus larges : française, nouvelle-zélandaise, américaine… Pour les aventuriers du palais, patience, quelques plateaux de dégustation de vodkas par famille seront prévus d’ici la fin de l’année. Le manager et chef barman David Regnault (formé par Rob Mc Hardy ancien chef barman du Silencio aujourd’hui à la tête du bar de la Jeune Rue) aiguise à chaque saison, avec ses compères, une armada d’élixirs aussi intrigants que le décorum. Vous n’échapperez pas aux incontournables caipiroskas et moscow mules, leurs best-of, mais laissez tentez vers des créations hivernales subtilement nostalgiques : un « Hôtel Lénine » twisté au rhum, brandy, ananas, citron vert, et miel d’acacia ou un « Kremlin World », à base en autre de rye whisky rye et d’apéritif amer italien. Et bien d’autres munitions alcoolisées à tester lors de soirées glaciales.

6, rue André Antoine 75018 Paris.

Les Poupées russes
La_PoupeeRusse-1

La culture russe n’a pas laissé indifférent les Lyonnais qui habitent dans une ville où la culture mixologie se frotte doucement mais sûrement à leur gastronomie hautement populaire. En effet, c’est à quelques mètres de l’Hôtel de Ville qu’Ivan a posé ses briques rouges, dans un quartier très fréquenté par la population estudiante pour transformer l’ancien pub Lipstick en une tanière à vodka : les Poupées russes. Avec un grand –père d’origine russe, Ivan a réussi avec brio à mettre à l’honneur dans ce bar les différents symboles de la Russie impériale et communiste: la Place rouge à Moscou rétro-éclairée illuminant de mille éclats le comptoir, de majestueux samovars, une ribambelle de véritables affichettes de propagande et bien sûr une collection de poupée russes de part et d’autres de ce spot. Une belle escapade sans vol direct vers Moscou ou Saint-Petersbourg. Le voyage ne s’arrête pas là bien au contraire. Laissez vous guider par l’équipe d’expert vers un cocktail classique (plus d’une vingtaine au choix) twisté à la vodka, comme un white Russian à base de vodka, de Kalhua et de lait ou les Poupées russes, un mojito mixé à la vodka. Ou alors pour les fines bouches, vers des liquides plus haut de gamme topés avec un brin de champagne comme le Nicolas II. La carte est d’ailleurs une vraie encyclopédie pour maîtriser sur le bout des doigts tous les styles de cette eau de vie marquée par l’Est de l’Europe. Mais la grande spécialité de la maison reste la collection de shooters qui a en fait sa renommée : fraise tagada, concoctions pimentés comme Ivan le Terrible et cocktails mini portions. Le mot de la fin : Nasdrovia !

19, rue Désirée 69001 Paris. Tél. : 04 72 00 80 44