• Actualité du : 15/04/2014 - 16:45

    3 repères à cocktails de haute voltige aux couleurs chaudes pour épater vos papilles.

    Trois bars à cocktails du moment

    Le Fantôme de l’Opéra


    Depuis quelques temps, une intéressante scène cocktails est en train d’éclore doucement mais sûrement à Lyon, menée notamment avec doigté par quelques expertes n’ayant pas peur de secouer les codes du shaker. Où les trouve-t-on ? Et bien l’une d’elles dans un nouvel écrin à cinq minutes de l’Opéra, sous le nom «  Le Fantôme de l’Opéra », au décorum feutré et tamisé qui rappelle les bars de salle de spectacle de la fin du XIXème. Aux manettes, la charmante Jessica André fraîchement débarquée du Café Juliette (toujours Lyon), et armée de ses outils et de son sens de la créativité,  vous concoctera une farandole de cocktails aux goûts fruités et sucrés juste à point. Clientèle féminine oblige ! Prenez le temps de tester sur la carte de saison quelques best-sellers qui ont réchauffé les habitués tout l’hiver. Leurs intitulés insolites rappellent certains titres de romans pour jeunes filles en fleurs : Soupirs, Chambre 8 (Vodka, Cointreau, miel, fraises, framboises et cranberry), et le Bikini Shark (Rhum Mount Gay, avec un mélange d'ananas et de menthe fraiche). La nouvelle carte reste brève mais de qualité. Pas plus de 8 cocktails qui nous réserveront quelques surprises autour de saveurs au wasabi, yuzu….et sauterelles qui feront surtout office de décoration! Car Jessica vise à booster ces créations vers une direction plus technique : macération, flambage, sirop maison... Petit aperçu via you tube : une vidéo sur l’un de ses cocktails signature « le Smoking Girl », un potion au whisky fumé via la consumation d’un cigare sous cloche. Bufflant ! Parallèlement aux cocktails, le lieu s’est fait connaître à travers ses nombreux événements. A noter sur vos tablettes : une soirée Cluedo courant mai…Le nouveau spot du printemps !

     

    19, rue de Lyon 69001 Paris. Tél. : 04 37 92 03 88

     

     Le bar du Pershing Hall


    Le triangle d’or parisien regorge d’une belle sélection de pépites à cocktails. C’est le cas du Pershing Hall, hôtel de luxe bien connu des autochones, pour son foisonnant mur végétal qui égaye le lieu et son étonnant décor signé Andrée Putman. Et son bar ? Très en vogue il y a une petite dizaine d’années pour ses afterworks pétillants sur des sons deep house, le Pershing Hall reste le spot et une valeur sûre, prisé par des épicuriens de l’ouest parisien et de touristes à la recherche d’un repère à cocktails de qualité et d’un décor 5 étoiles. Pour votre première visite, direction premier étage, tournez à gauche, vous voilà au bar, un lieu cosy et majestueux, animé par un jeu de lumière sophistiqué tout au long de la journée. La meilleure place ? Le comptoir habillé de cuir doré où vous pourrez contempler la majestueuse vitrine en verre de Murano, affichant une impressionnante collection de champagnes et  autres spiritueux premium. Dan Jagoudel le créatif chef barman vous accueille et vous guide sur le choix de votre concoction les yeux fermés. A la carte ? Des créations aux saveurs estivales misant sur les couleurs et la transparence pour épater vos mirettes. Le bar du Pershing se distingue également par une belle offre de cocktails à partager servis dans des carafes en verre fumé. On se laisse tenter par l’incontournable « Frozen Margarita » ou le tendancieux « Sex on the Sofa » à base en autre de Mount Gay, de grenadine et de jus de fruits frais. A siroter avecun  plateau de mini portions du restaurant, réputé par sa cuisine au tonalité asiatique. Cheers !

     

    49 rue Pierre Charron 75008 Paris. Tél. : 01 58 36 58 08

     

    Le Fumoir

    Certains lieux parisiens traversent les années sans prendre une ride, dotés d’un charme dont on ne se lasse jamais. La preuve, le bar du fumoir haut lieu de passage pour business men et touristes amoureux de la capitale, reste dans la catégorie des inclassables avec son style old school. Pourquoi ? Pour son décor en bois précieux du corner restaurant à l’élégant comptoir du bar, son parquet usé, ses lampes épurées couleur or, ses vieilles fresques au mur qui 

    illumine le lieu. Mais aussi par sa bibliothèque bien garnie ou bien ses jeux d’échec à disposition. Vous ne serez pas donc étonné que la carte des cocktails mette un point d’honneur à offrir une collection impressionnante de « Classic Cocktails » avec tout type de spiritueux. Parfait pour une clientèle éclectique ! Autre détail à ne pas négliger, le Fumoir est la première maison à avoir lancé une carte de Martini’s sur mesure. Au choix : Gin ou  Vodka, olive ou zeste de citron, le vermouth restant imposé et trois variations Dry, Perfect ou Extra-Dry ! Mais l’équipe de barmen au petit soin concocte aussi un petit panaché de créations : « Tribute Cocktails », twistées avec des fruits de saison, des potions maison (vodka au réglisse, sirop gingembre et miel…) et des rhums arrangés (chocolat, banane, papaye). Petit conseil : le dimanche soir reste le moment le plus agréable pour tester des créations de votre choix et profiter pleinement des conseils avertis du staff !

     

    6, Rue de l'Amiral de Coligny 75001 Paris. Tél. : 01 42 92 00 24

     

     

     

  • Actualité du : 12/04/2014 - 16:32

    Chronique de Mary - Mount Gay

    Atelier Cocktail largue les amarres au pays du rhum avec Mount Gay

    Depuis quelques semaines, j’ai remarqué que l’actualité autour des cocktails était relativement intense. D’abord Omnivore, le salon qui défriche la jeune cuisine française et internationale dont je vous avais parlé précédemment a lancé une scène « Beverage ». Un programme passionnant dont je ne vous avais pas fait encore mon compte rendu. Le voici ! Pendant 3 jours, Omnivore affichait un programme sur 12 barmen de renom français ou étrangers, animé sous la houlette de Sébastien Foulard, expert en spiritueux et fondateur du site Alambic Magazine. Les moments forts ? Amaury Guyot du bar à whisky Sherry But et son superbe taillage de glace en direct sous nos yeux. L’étonnante infusion de whisky au beurre noisette de la Russe Elisabetva Evdokimova de Delicatessen à Moscou. Julien Escot du Papa Doble nous a divulgué les techniques du shrub, un sirop de plus en plus utilisé par les barmen à base de vinaigre et de sucre tandis que Maxime Hoerth chef barman du Bristol nous a conté le fonctionnement d’un bar de palace et les secrets d’une de ses grandes spécialités : le Old Fashioned. 

    Autre événement qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux : la 3ème session de Rhum Fest au Parc Floral de Vincennes les 6 et 7 avril. Manifestation au départ confidentielle, celle-ci explose aujourd’hui avec plus de 70 exposants. Pas de doute, le rhum a son vrai fan club en France. Dès mon arrivée au salon, c’est l’ambiance tropicale (il doit faire ici 30°C). Chaque maison arbore un stand arrangé de bambou pour présenter l’ensemble de ses collections. Les rhums des 4 coins du monde ont bien répondu présents, ce qui me permet de goûter une belle variété de cuvées : du rhum blanc de Cuba, du rhum arrangé, du rhum épicé  jusqu’à un rhum ambré du Japon. Rayon cocktails, le tiki est à l’honneur ! Pour atteindre justement le Kokomo tiki bar, il faut batailler sec pour avoir un simple Painkiller décoré d’un simple bâton de cannelle et d’un quartier d’orange. Heureusement il est excellent ! Verdict du salon : une excellente manifestation pour découvrir tous les secrets du rhum et ses cocktails !

    Me voilà quelques jours à Berlin pour mes vacances. J’adore cette ville qui bouillonne de créativité et de bars à cocktails qui n’ont rien à envier à la scène du bar parisien. J’ai sillonné cette ville de Prenzlauerberg à Kreuzberg, les quartiers hype, avec une liste de 10 bars. Avant de démarrer ce périple, j’ai eu la chance de rencontrer Helmut Adam l’un des organisateurs de Bar Convent, le salon du bar à Berlin, qui m’a confié sa vision sur le monde du cocktail à Berlin. « A mon arrivé à Berlin il y a 10 ans, les cocktails étaient surtout des mixtures twistés au jus et au sirop, avec un manque de service. Aujourd’hui Berlin est la scène du bar qui a progressé le plus dans le monde : multiplication des ouvertures chaque mois ajouté au débarquement d’expats américains ou hispaniques qui montent ici leur bar. Berlin se démarque par toutes sortes de styles, des speakeasy  de NY à des concepts insolites comme Buck and Breck (aucune bouteille visible sur le comptoir et sans marquage). » Intéressant, Merci Helmut ! Alors vous êtes curieux de connaître mon top 3 des meilleurs bars à cocktails de Berlin ?

    Immertreu (Christburger Str.6 ) : Le célèbre Ricardo Albrecht, maître des lieux vous fait pénétrer dans son écrin hautement confidentiel : un comptoir XXXL éclairé à la bougie et un corner esprit club. La carte, un véritable recueil de pépites qui fait honneur aux cocktails old school. Pour moi ce sera un Brooklyn. Le plus : la collection impressionnante de whiskeys américains.

    Monkey Bar (Budapester Str. 40) : le nouveau « place to be ». Niché au 4ème étage de l’hôtel pour hipsters, 25Hours, ce lieu offre un décor de haut niveau : bar épuré en bois et métal  noir accessoirisé de plantes, un espace lounge cool pour siroter allonger son élixir, une terrasse digne d’un rooftop de NYC et surtout une vue panoramique sur le parc Tiergarten.  La carte : un bel éventail de cocktails sweet. Venir avec ses lunettes noires !

    Rhum Trader (Fasanenstraße 40) : Une véritable institution et l’un des plus vieux bars de Berlin. Dans ce lieu mini portion (13 places max), le chef barman, Mr. Scholl (une vraie personnalité)  excelle dans l’art du rhum mais aussi du gin. Pas de carte, on vous mène un interrogatoire pour concocter la boisson de votre choix.

     

  • Actualité du : 21/03/2014 - 12:56

    LES CHRONIQUES DE MARY

    Voyage au pays de l'agave avec Atelier Cocktail pour découvrir la tequila n°1 au monde, José Cuervo!

    Depuis mon dernier passage au Candelaria (ce fameux bar clandestin à la sauce mexicaine,caché  caché derrière une taqueria, toutes les infos dans notre interview avec la chef barmaid Amanda Boucher) qui vient de souffler ses trois bougies, j’ai redécouvert la richesse aromatique de la Tequila. Alors, je me suis penchée tout un dimanche sur les origines et l’histoire de cette eau de vie. Dommage que le Mexique soit de l’autre côté de l’Atlantique, j’aurais bien organisé un barathon dans la capitale avec quelques amis ! Voici les points essentiels que j’ai pu piocher sur le net.

    Cette boisson nationale mexicaine est fabriquée uniquement à base d’agave bleue sous des règles très strictes régies pas le gouvernement : une production dans seulement 5 états du pays. Et bien on ne rigole pas au Mexique ! Pour la petite histoire, au XVIème siècle, nos voisins les

     conquistadores espagnols auraient livré à nos amis mexicains leurs secrets de distillation. Producteur déjà de bière à base d’agave, les Mexicains se focalisèrent dans la fabrication d’une eau de vie à 40°C avec cette plante. Il a fallu attendre le XXème siècle, les années 1970 exactement, pour que les producteurs de tequila s’unissent enfin pour revendiquer la qualité et l’authenticité de leur boisson, et l’exportent progressivement aux Etats-Unis, en Europe et dans bien d’autres pays. Je comprends pourquoi la tequila était absente des bibles des mixologues de l’âge d’or des cocktails et du placard d’apéritifs de mon grand-père ! 

    En poursuivant mes investigations, j’ai vu aussi que la tequila était devenue un nom de référence dans d’autres domaines. D’abord, au cinéma, j’ai déniché dans ma CDthèque un film d’action des années 80 « Tequila Sunrise » avec le duo de choc, Mel Gibson et Michelle Pfeiffer qui a fait le buzz à son époque. Pour votre information, Tequila Sunrise (tequila, jus d’orange et sirop de grenadine) était un cocktail très populaire dans les années 70-80. Au rayon BD, mon libraire m’avait conseillé « Tequila », les aventures sanguines d’un catcheur mexicain ! Très amusant et surprenant ! Hier, j’ai dégoté sur le site Amazon, un livre américain sur les cocktails « Tequila Mockingbirg » de Tim Federle, un recueil humoristique de recettes joliment illustré. L’idée de l’auteur : présenter des drinks rebaptisés par des titres inspirés de romans mythiques (Roméo and Julep, Bloodie Carrie…) A commander de toute urgence! 

    Pour poursuivre ce petit périple exotique, j’ai décidé de vous initier à l’un des cocktails signature de la tequila : la Margarita, une recette simple à réaliser aux notes acidulées (ma recette : 5 cl de tequila, 3 cl de Cointreau et 1,5 cl de jus de citron vert, à shaker), présentée dans un verre spécialement dédié à ce drink, entre un verre à martini et une coupe de champagne. Détail primordial : ajoutez une touche de sel sur les bords du verre !

    Les origines de la tequila sont plutôt controversées. Certains revendiquent une histoire hautement romantique : à la des fins des années trente, un barman aurait crée cet élixir pour conquérir le coeur de la chanteuse Rita, fan de tequila d’un night-club à Rosarito Beach.

    Deuxième version moins glam : en 1948, une riche femme d’un homme d’affaires américain, Margaret Sames surnommée Margarita, organisait régulièrement des petites sauteries chez elle à Acapulco et proposait cette fameuse recette qui remportait un vif succès. Voilà vous savez tout ! Il existe bien sûr de nombreuses variations : complétez-la avec des purées de fruits (fraise, de mangue ou ananas) ou ajoutez un piment dans votre shaker pour les plus audacieux ! Frissons assurés ! En été, cette boisson mexicaine se sirote glacée : vous avez bien sûr entendu parler de la frozen margarita : si vous êtes équipé d’un blender, ajoutez tous les ingrédients dans l’appareil et mixez une minute, ou complétez simplement le cocktail de glace pilée dans votre verre old-fashioned ! Pour les cuisiniers en herbe, je vous propose une recette très ludique, les poptails : un cocktail aux allures d’esquimau, qui se décline dans de nombreuses recettes. Pour la margarita, faites bouillir 30 secondes de tequila pour évaporer l’alcool et éviter une certaine amertume en bouche. Et l’année prochaine prévoyez vos vacances aux US fin février, les américains célèbrent « la Magarita National Day » le 22 février !!

    Et l’actu du mois : vous connaissez Omnivore ? Le fameux festival food qui « défriche » la jeune cuisine française mais aussi celle en-dehors de nos frontières. Bref, un event pour flairer toutes les tendances gastronomiques. Fixé du 16 au 18 mars, Omnivore flirte pour la première fois avec la mixologie en présentant une scène Beverage. Pas le temps de vous faire un débrief, la prochaine fois c’est promis ! Voici quelques extraits de la programmation (11 bars en tout) pour vous faire un peu patienter : Amaury Guyot et son fameux bars à whisky le Sherry But, Maxime Hoerth du palace le Bristol, Julien Escot du Papa Doble à Montpellier et quelques chefs barmen de Londres, Moscou ou Copenhague. Beau programme !

     

  • Actualité du : 19/03/2014 - 17:07

    30 Secondes pour un cocktail - Cuervo Margarita

    La recette du mois en vidéo sur Youtube

    Un cocktail à base de citron vert, de cointreau rehaussé par la tequila Cuervo 


  • Actualité du : 19/03/2014 - 12:40

    10 Tips Cocktail avec la tequila José Cuervo

    10 Tips Cocktail avec la tequila José Cuervo

    Oyé Oyé los amigos,

     

    ce n’est pas encore l’été certes, mais le soleil pointe déjà le bout de son nez et nous invite à rêver à nos prochaines vacances sur le sable chaud et surtout à nous initier à la création de cocktails aussi bien exotiques que rafraîchissants. C’est donc le bon timing pour vous présenter un spiritueux de plus en plus convoité et apprivoisé par nos amis barmen : la tequila, un alcool tout droit débarqué d’un pays qui nous est familier pour sa gastronomie exotique, le Mexique. Avec quel produit ? J’ai bien sûr pensé à la Tequila N°1 au monde, Jose Cuervo  pour des élixirs « muy caliente ». Alors 1…2…3 top départ pour suivre ces 10 tips cocktails avec Jose Cuervo  pour des drinks comme dans les meilleurs spots de Mexico.

    1 – Première étape essentielle : testez sans hésitation le produit dans son plus simple appareil.  

    La tequila est une eau de vie élaborée à partir d’agave bleue, un sosie du cactus version XXL, uniquement cultivée au Mexique. Jose Cuervo, née au XVIIIème dans l’Etat de Jalisco, est l’une des maisons historiques de la tequila et vous y découvrirez toutes les saveurs insolites qui caractérisent cette eau de vie. Celle-ci se classe selon son vieillissement en fût de chêne. Pour réaliser vos cocktails, vous trouverez chez Jose Cuervo  les tequilas : 

    Cuervo Reposado : 3 mois de maturation en fût de chêne, idéal pour des shots et des Margaritas. 

    Cuervo Silver : une tequila blanche aux légères notes d’agave, parfaite pour des shots ou des long drinks.

    Cuervo Platino : 100% agave, vieillies entre 10 et 12 ans, avec des saveurs poivrées et d’agaves. Celle-ci est très adaptée pour des créations cocktails.

    2- Faîtes comme au Mexique : dégustez la tequila, Cuervo Reposado ou Cuervo Silver en shot  sous différentes variations. Le plus courant : en shot straight avec une pincée de sel et du citron vert. Mettez le sel entre votre pouce et l’index, léchez le sel, avalez cul sec puis mordez dans un quart de citron vert. Vraiment étonnant ! Je vous conseille également deux autres shots avec des ingrédients faciles à trouver dans sa cuisine : version « Hot », un shot de Cuervo avec une goutte de Tabasco pour les amateurs de sensation forte et  « Sweet », un shot de Cuervo avec un zeste d’orange et de la cannelle, pour des palais plus gourmets.

    3 – L’agrume est l’un des ingrédients de base des cocktails avec de la tequila : d’abord le citron vert aux notes acidulées mais également le citron jaune ou le pamplemousse.

    4 – Les grands classiques des cocktails pour la tequila se comptent sur les doigts de la main mais restent accessibles à tous les palais. Les plus populaires : la Margarita à base de citron vert, de Cuervo Reposado, de Cointreau et de sel qui décore le bord du verre. Mais aussi la Tommy’s Margarita à base de Cuervo Reposado, citron vert et sirop d’agave et sans sel. A shaker et boire très frais.

    5 – Remplacez le sirop de sucre par le sirop d’agave, un sirop 100 % mexicain et naturel, disponible dans les boutiques bio. Attention au dosage, ce sirop a un pouvoir deux fois plus sucrant qu’un sirop de sucre classique.

    6 – Pour des cocktails long drink avec la tequila Cuervo Silver, misez sur des sodas aux saveurs légèrement pimentées comme le ginger ale (soda au gingembre) ou sur des jus de fruits frais (ananas, orange, mangue), agrémentés de sirop ou crème aux fruits rouges (crème de cassis pour  le cocktail el Diablo). 

    7 –  Grâce à son goût subtil, la tequila Cuervo Platino est fortement appréciée par les barmen qui aiment l’utiliser pour réaliser des cocktails élaborés. Testez les cocktails à base de fruits qui révèlent toutes ses qualités, notamment le Cuervo Pear, avec ses morceaux de poires, se marient à merveille aux arômes d’agave.

    8 – Si vous n’avez pas peur de vous attaquer aux infusions maison, la tequila Cuervo Silver s’accorde parfaitement, avec ses notes douces d’agave, avec toute sorte de piment. Laissez  infuser 3 à 4 jours pour donner du pep’s à vos cocktails

    9 – Au Mexique, Tequila et Coca Cola font bon mariage : le célèbre bar la Taquila à Mexico (l’un des 50 meilleurs bars du monde) propose la Batanga: un long drink bordé de sel avec  de la tequila, citron vert et coca cola, le tout complété de glace. Un vrai tabac dans le pays !

    10 – La tequila s’apprécie également pure. Alors, optez pour la cuvée la plus prestigieuse de José Cuervo : Cuervo  Reserva de la Familia, un assemblage de tequilas extra-anejo au goût très puissant, à déguster avec un simple zeste d’orange !

     

    Cheers !